ISTENQS
Ici Se Termine Enfin
Notre Quête Spirituelle

 

 

 

La folle aventure du Coronavirus

ou, le virus de la peur...

Thierry Vissac (mars 2020)

 

 

Le monde panique, soumis aux injonctions médiatiques et aux gros titres affolants. Il suffit d’une formule « bien tournée » (« Devons-nous avoir peur ? » « Le pire est-il à venir ? ») pour qu’une partie de la population se précipite dans des magasins et les dévalise. Sauve qui peut général, survivre aux dépens des autres, faire les choix les plus absurdes, la mécanique de la peur est lancée et le virus le plus contagieux n’est plus vraiment celui dont on parle, au départ, mais celui dont personne ne veut trop parler : le virus de la peur.

On trouve des personnes pour le justifier. La peur aveugle totalement. Ceux qui ont peur insultent les autres sur les réseaux sociaux : « irresponsables, criminels, imbéciles ».

Lorsqu’on veut avoir peur (pour se rassurer ?), il faut que tout le monde suive, pas question de remettre en question cette vague de terreur, ce serait forcément du « conspirationnisme » ou de la « fake news ».

Pourtant, il suffit de se renseigner un peu avant de se soumettre à l’effet de foule. Quelles sont les données à considérer si on veut se faire un avis ?

Au moment d’écrire ces lignes, des milliers de personnes seraient mortes du coronavirus dans le monde. 500 000 meurent de la grippe dans le monde chaque année. On peut avoir 15 000 décès annuels en France (source) et jusqu'à 31 000 l'année 1968 !

Voyons, ça ne vous intrigue pas ? Avons-nous décidé un « confinement général » pour la grippe depuis qu’elle existe ? Elle est pourtant autrement plus sévère ! Mais il ne s’agit encore que de la grippe. De nombreuses autres maladies provoquent des décès tous les jours. Et en nombre bien plus important aussi. Alors : pourquoi sélectionner ce virus particulier, parmi tous les virus hivernaux, et en faire un tel battage ? Je répète la question, parce que vous allez lire trop vite : POURQUOI SELECTIONNER CE VIRUS ET EN FAIRE UN TEL BATTAGE ?

Et parmi les leçons que nous n’apprenons pas, à partir de nos erreurs passées, il y a celle-ci : en 2003, un autre coronavirus avait été déclaré menace planétaire : le SRAS. Pauvre petit virus, il n’avait pas été à la hauteur des titres de journaux cette fois-là. Au mois de mai de cette année-là, on n’en parlait déjà plus. Pourtant, la Chine s’était « claquemurée » disait-on et même certains journaux (rares) avaient parlé de « comportement irrationnel ». Mais aujourd’hui, il ne semble pas si irrationnel de confiner des millions de personnes chez elles avec des chiffres si peu significatifs. Qu’en pensez-vous ? (Il s’agit de réfléchir en prenant du recul par rapport à ce ressenti électrique qu’on appelle la peur et qui n’est « pas bonne conseillère »).

Mais ce n’est pas tout. Les informations existent sur ce que ça nous fait d’attraper ce virus : environ 80% des gens n’ont pas ou peu de symptômes. 80% ! Et près de 99% guérissent. 99% ! Un vrai fléau !

Pourtant, on nous menace d’amendes gouvernementales et d’insultes publiques sur les réseaux sociaux si on avance l’hypothèse que tout cela est un peu exagéré.

Il y a cet argument récurrent, aux fausses allures scientifiques : les "projections" ! (pour ma part, j’ai toujours appris qu’une projection était une spéculation sans fondement, et 2003, nous l’a bien montré; sans parler du fait que les projections ne sont pas bonnes pour la santé mentale, tout le monde le sait plus ou moins). On veut nous faire croire qu’on sait à l’avance comment va progresser le monstre et alors là, tous les coups sont permis : on nous a annoncé 135 millions de morts aux USA, 70% des Allemands contaminés (dixit la chancelière). Bien sûr, pour ceux qui ne s’arrêtent pas aux gros titres pour alimenter leur terreur et la partager avec tout le monde, on arrive à la fin de ces articles « scientifiques » pour lire une formule prudente du type : « Enfin, bref, on n’est pas sûr, la marge d’erreur est importante ».

Je suis comme tout le monde, confiné chez moi et j’attends de voir, observateur sceptique et intrigué des comportements humains de masse.

Les chiffres sont efficaces... pour faire peur. Si, par hasard, les gouvernements n’en étaient pas tout à fait convaincus, ils le seront, cette fois. Dans un pays où vivent des dizaines de millions de personnes voire plus, annoncer que quelques centaines de personnes, ou plus, sont mortes la même journée, sans contextualisation (les autres maladies mortelles actives depuis toujours et aux conséquences bien plus graves; le fait que 157 000 personnes meurent sur Terre, chaque jour), sans explication de causes et d’effets (la plupart des gens meurent d'une combinaison avec une autre maladie antérieure), suffit à soulever une angoisse de mort collective. Quelque chose de nouveau s'est-il vraiment produit ? Afficher des pourcentages de "létalité" (risque de mourir) sur la base des données actuelles des "personnes touchées", incertaines, est toujours une erreur, la létalité étant toujours revue à la baisse dans ce genre de situation (les chiffres du SRAS avaient atteint des sommets avant d'être réajustés et ceux-ci le seront avec autant de gens qui ne déclarent pas leur maladie, faute de symptômes existants ou assez prononcés). Alors pourquoi le faire ?

Je ressens une forme de compassion face à ce phénomène. Je nous vois si fragiles et enclins à nous battre autour de fantasmes sordides. On nous demande de nous tenir à 1 mètre les uns des autres, et certaines personnes s’affolent si un autre être humain approche à 10 mètres. Certains marchent dans les rues, enveloppés de sacs plastiques pour se protéger. J’ai lu l’annonce de quelqu’un qui promettait de tirer avec son fusil sur toute personne qu’elle verrait sortir de chez elle ! Le papier toilette, entre tous produits de « première nécessité », était la vedette : il a disparu des rayons de certains supermarchés. Et on ne va pas s’étendre sur la peur de la bière Corona au nom trop proche du virus pour ne pas être suspecte…

Je ne sais pas non plus si ce virus tuera encore plus ou non, mais au-delà de ces questions de chiffres : quelle leçon allons-nous tirer de cette crise de folie ? Il est trop tôt pour le dire. Quoi qu'il en soit, cela me rend encore plus sérieux sur l’urgence à laquelle je me consacre personnellement depuis des années : une démarche qui permette de retrouver son âme même dans les moments d’affolement, plutôt que de laisser ce personnage social terrifié mener la danse.

 

Lire mon article de 2009 sur "H1N1", déjà...

Un petit conte pour se détendre (une autre façon de le dire) :

C'est l'histoire d'un petit virus qui n'avait rien demandé et qui s'est retrouvé tout à coup en haut de l'affiche. Bien qu'un peu vexé qu'on ne l'ait pas remarqué plus tôt (parce qu'il avait toujours été là), il a continué, ni plus ni moins, son petit taf de virus mineur...
Conscient d'être bien inférieur à son rival Influenza, parmi d'autres, qui meurtrissait les anciens et les fragiles, il s'étonnait tout de même d'entendre parler de lui en termes si élogieux : pandémie, cata économique, mortalité croissante...
Non, il ne méritait pas son succès... Il finit par se demander s'il n'était pas un peu utilisé. La plupart de ses hôtes ne toussaient même pas, certains ne remarquaient même pas sa présence ! Et pour corona le toux, ceux qui finissaient par mourir, c'était pas à cause de lui ! Alors que devait-il faire ?
Il ne voulait pas permettre à ces gouvernements et ces médias opportunistes de se servir indéfiniment de lui. L'honneur des Corona était en jeu.
Après un bref passage au Vatican, il reçut la grâce au contact d'un évêque qui l'avait pris en grippe... Il savait de toute façon qu'il ne survivrait pas au printemps. Étonnant selon lui d'ailleurs de voir autant de gens paniquer pour ça. Mais ce n'était pas la première fois qu'un Corona avait collé une telle trouille à tout le monde. Son père en 2003... Quelle histoire aussi. Mais personne ne semblait s'en souvenir.
Maintenant, les stocks de papier toilette diminuaient, ceux de bière augmentaient, les gens se promenaient dans la rue, enveloppés dans des sacs en plastique. Il ne restait qu'une solution viable : faire une sortie inattendue la tête haute.
Il prit son courage à deux ventouses et concentra son activité sur les assemblées nationales, rédaction des médias et palais princiers.
Rapidement, on ne parla plus de lui, car tous les intéressés étaient silencieusement enfermés chez eux, enveloppés de sacs plastiques. Justice étant faite, il put retourner dans sa grotte en Chine, où une chauve-souris amoureuse attendait son retour. Pour l'année prochaine, place aux jeunes ! Cette histoire l'avait épuisé, il avait même l'impression de couver une petite allergie à l'humain... ;)

 


 

 

 

 

   © Thierry Vissac, Textes, photos et dessins sur toutes les pages du site .